• Aux portes du désert

    Aux portes du désert

     

    Je me suis éveillée aux portes du désert.

    Le soleil se levait au Levant qui sifflait

    Et des mots inconnus, silencieux, murmuraient

    A mon âme troublée, des chants, une prière.

     

    J’avais peur, je tremblais face à cette étendue.

    La mort est tout autour des dunes endormies

    Pour qui ne saurait voir toutes les mains tendues.

    Les cieux savent parler au milieu de la nuit…

     

    Le cœur emplit de doutes mais, sûre de mon chemin,

    J’avançais sans un mot là où le vent me mène.

    Il conduirait mes pas jusqu’à mes lendemains

    Qui naissaient sur le sable. J’avançais vers moi-même.

     

    Anabelle Laye Martinez

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :