• Chant d'étranger

    Chant d’étranger

      

       

     

     

    L’étincelle d’un éclat dont le son doux et mat

    Vint flirter aux délices des mélodies sublimes

    Qui s’étirent et s’enroulent au-delà de ta voix

    S’élevant au néant des profondes abîmes.

     

    L’énergie d’un soupir, un élan de la vie,

    S’enracinent en moi jusqu’à me faire éclore

    Alors que je dormais au seuil de l’harmonie

    N’effleurant que de loin l’écho  de tes accords.

     

    Des notes qui scintillent au-delà de mon ciel

    Et se joignent aux anges portés par un géant

    Dont les mains élancées effleurent un instrument

    D’où s’échappe l’aveu d’un concert éternel.

     

     

     

     

    Anabelle Laye

    31 janvier 2011

    extrait de "L'arbre aux sens"

    éditions Bartavelle

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :