•  

    J'ai  traversé la peur, l'effroi, les doutes encore.

    J'ai lutté au-dedans, j'ai crié au-dehors,

    J'ai traversé les nuits qui broyaient tout mon corps,

     

    J'ai prié, attendu, sans vie, croulant à terre;

    Arraché des regards et des mains solitaires,

    Des sourires et des voeux, des amis, des prières.

     

    J'ai respiré la mort d'un peu trop près parfois,

    Fouillé jusqu'au-delà des silences et des mots

    Pour rencontrer la vie une nouvelle fois...

     

    Mais ces mots sont silences à côtés des couloirs

    Vitreux et froids qui ont mordu mon coeur, cent fois !

    Aucun mot ne peut dire l'agonie traversée !

    Rien ne traduit les temps solitaires sur la terre,

    Les chemins face aux cieux qui vous bouffent le coeur !

     

    Et l'humain se dessine sur des routes de terre,

    Et l'âme se façonne sur des clous à défaire...

     

    Anabelle Laye MArtinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • La nuit se déchire

     

    La nuit se déchire, laissant place aux ténèbres.

    Au-delà de l’abime, les plus sombres lumières

    S'agitent, elles s'étirent sur de longues absences.

    La pénombre s'immisce et surgit le silence...

     

    Tout s'éteint, disparait et la nuit s'épaissit.

    Les vitres de mon coeur ruissellent, c'est fini;

    Les dentelles de vie se déchirent, gâchées.

    Le rideau se referme sur la toile avortée.

     

    Tableauu inachevé, symphonie désertée,

    Les couleurs délavées sous des larmes versées,

    Orchestre à l'abandon. La nuit s'est renversée,

     

    La scène s'est vidée. Acteurs de la nuit

    Révélant la lumière, peu à peu sont partis,

    Laissant place aux ténèbres. Se déchire la nuit...

     

    ANabelle Laye MArtinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Mon cœur est un écrin

     

    Genoux ensanglantés sur les marches du temps,

    J’avance et hurlements parsèment mes silences.

    Les cris que je prononce retombent à néant,

    Fracassés sur le mur d’un cœur qui se défend.

     

    Solitaire écorchée face aux mots qui dévorent

    Mon âme et ma raison, je m’offre à la souffrance.

    Et les larmes du temps devienn’ perles de sang.

    Je meurs à chaque instant, et je m’éveille encore…

     

    Mon cœur est un écrin que Tu tiens dans Ta main,

    Et chacun de mes pleurs vient arroser la vie,

    Promesse d’avenir, porte d’un lendemain.

    ...

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Matin de lumière

     

    Matin de lumière ;

    Mordre la poussière ;

    Tomber puis hurler !

    Ne rien regretter…

    Effacer des nuits

    Et recommencer ;

    L’angoisse qu’on fuit,

    Les rêves crevés

    Au bord des chemins.

    Amours avortés

    Oublie d’un destin

    Dans les plis secrets

    D’un cœur déchiré.

    Reprendre les mots,

    Les tracer, prier ;

    Ecrire plus haut ;

    Ne pas renoncer.

     

    Et rêver la vie…

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • En attendant demain

     

    Un vide déchirant, un cri, une agonie

    Me déchirent la gorge et m’arrache le cœur !

    Foudroyée, désertée, le vide a remplacé

    La plénitude, l’âme exaltée, juvénile.

     

    Clouée par la terreur, l’angoisse indélébile,

    Je trace jusqu’aux cieux des lambeaux de sentiers

    Et je heurte ma vie à des pics ; et je meurs

    A cette infinitude qui me bordée jadis…

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique