• Coup d'éclat

    Coup d’éclat

     

    J’étais un Apollon lorsqu’elle m’a percuté

    La surprise violente, me laissant foudroyé,

    Regard vide, poings serrés, visage défiguré.

    Je respire et j’enrage ; je ne peux plus bouger !

     

    Ambulance, sirène s’agitent autour de moi.

    Médecins, policiers oublient que je suis là

    Dans ce corps morcelé, froid et ensanglanté.

    La souffrance sereine s’installe à mon chevet.

     

    Acier froid, néons blancs ; le bloc opératoire

    Sera le seul témoin de mon amputation.

    L’instant d’après verra naître en moi l’abandon

    Lorsqu’on présentera devant moi le miroir …

     

     

    Choc et rage,

    Tout éclate !

    Je m’enlise

    Et me brise.

     

     

    J’étais un Apollon lorsqu’elle m’a percutée

    La vie que je méprise d’avoir volé ma joie.

    Je n’ai plus que mes mains pour apprendre à rouler.

    J’en appelle au secours, que quelqu’un vienne à moi.

     

     Anabelle Laye Martinez

    extrait du recueil "Tremblement de taire", ed. Bartavelle

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :