• L'amour ne meurt jamais

     

    L'amour s'est enlacé tout autour de tes mains,

    A ton doigt, enroulé, le serment de l'aimer

    Sous des lunes fertiles aussi bien qu'à jamais.

    Et jamais arriva... Tout s'éveille et s'éteint !

     

    A ton doigt, envolée, la promesse d'aimer;

    Tes deux mains enfin libres ont caresser la vie

    Sans avoir jamais su qu'elles été enfermées.

    Et l'envie est venue... Délurée la voici.

     

    Dans tes mains lacérées d'avoir tout agrippé,

    Tu ne retiendras rien d'autre qu'un peu de faim,

    Solitaire abreuvé des feux sans lendemain.

    Et la sagesse née... L'amour ne meurt jamais !

     

    Anabelle Laye MArtinez

    18 août 2014

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un temps venu d'ailleurs

     

    J'ai croisé l'autre jour, sur la rive du temps,

    Le rire d'une enfant, insouciante et belle.

    Elle courrait nue, fragile, vers la vie qui l'attend

    Acide et croustillante.  Je ne voyais plus qu'elle...

    Regard simple et furtif entre ses dents de lait

    Et ma voix qui se perd à crier ma jeunesse.

    Je veux vaincre le temps, elle veut le rattraper,

    L'apprivoiser et vivre  chaque moment d'ivresse.

     

    J'ai croisé sur la rive le souvenir perdu

    De mes heures éphémères. J'ai égrainé alors

    Chacune des odeurs, chaque main sur mon corps,

    Cell' que j'ai désiré, cell' que je n'ai pas vues.

    J'ai rechanté tout bas les refrains de l'école

    Et j'ai crié tout haut les colères endormies,

    La haine et les blessures, tous les secrets enfouis;

    Cousu tous les morceaux; que rien ne se décolle !

     

    J'ai relevé les yeux vers un monde meilleur,

    Un espace où l'enfance a pu trouver sa place

    Sur le chemin des grands qui enfin feront face

    A ce qu'ils ont été, aux temps venus d'ailleurs...

     

    Anabelle Laye MArtinez

    30 juillet 2014

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Faire un pas et puis deux

    Vers soi même, notre vrai;

    Accueillir nos erreurs

    Accepter nos faiblesses,

    Faire de ce que l'on est

    Une pièce unique et belle !

     

    Anabelle Laye MArtinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Pourtant la Pâques

     

    J'ai trébuché à terre !

    Un fracas de douleur,

    Un cri suivi de pleurs

    Mêlés à la poussière.

     

    Pourtant, la Pâques...

     

    Le coup porté me tue !

    Mon sang vient abreuver

    Des silences effrayés,

    La terreur mise à nue.

     

    Pourtant, la Pâques...

     

    Atterrée je m'éteins,

    J'abandonne ce monde.

    Je retourne aux décombres

    Des jours sans lendemains.

     

    - pause -

     

    Un appel retentit

    Jusque dans les ténèbres.

    Et se brise la glèbe

    Dans ma prison d'oubli !

     

    Jaillissant, la lumière

    Renverse chaque mort

    Révélant le trésor

    Roulé dans la misère.

     

    Libéré de ces liens,

    Mon coeur respire enfin

    De ce souffle divin.

    S'ouvre à moi un chemin

     

    Parce-que la Pâques...

     

    Anabelle Laye MArtinez

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    3 commentaires
  • Jeu de mots

     

    La poésie se lit;

    A mon âme et mon coeur.

     

    La poésie s'écrit :

    Que la liberté soit !

     

    La poésie se vit

    Au-delà de ce monde...

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique