• Et retenir encore

    Un peu comme un soleil qui s'élève au zénith

    Et dégringole ensuite sur la terre asséchée,

    La course d'une étoil' sur la toile des cieux

    Stoppée, précipitée au gouffre de la mort;

     

    Des paroles éternelles, prières pleurées, écrites

    Depuis la nuit des temps mais jamais prononcées,

    L'espérance vacille sur un voile trop vieux,

    Laissant passer les larmes, les peurs et les remords.

     

    Lumière entremêlée à l'ombre qui s'éteint,

    Passages orageux sur océan défait,

    Vouloir border les cieux et retenir encore

    L'amour et l'abondance entre nos faibles  mains...

     

     

    Anabelle Laye Martinez

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :