• Le chant de l'oiseleur

    Le chant de l’oiseleur

     

     

    Le chant de l’oiseleur s’est fait entendre au soir

    Depuis les monts dorés jusqu’aux bois assombris ;

    Venu jusqu’à ma couche où j’étais endormie ;

    Par delà, le village et son clocher gris-noir.

     

    Sous mes draps de satin naissait le vague espoir

    Qu’il chanta pour moi-même et non pour la perdrix.

    Le chant de l’oiseleur s’est fait entendre au soir ;

    Mon souffle court cessa ; mon corps a tressailli.

     

    J’entends les pas feutrés d’un amant qui s’égare

    Par delà sa raison ; il a quitté son nid,

    Dépourvu de scrupule, il vint près de mon lit

    Vêtu de nudité dans la morsure des nuits.

    Le chant de l’oiseleur s’est fait entendre au soir.

     

     

     

    <script src="http://platform.twitter.com/widgets.js"></script>

    Anabelle Laye Martinez

    Septembre 2012

     

    extrait de "Tremblement de taire"

    éd. Bartavelle. 2011

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Yopi
    Mercredi 15 Mai 2013 à 23:14

    J'ai aimé, mais j'aimerais que mes commentaires, quand j'en fais, soient privés et pas vus par toute la communauté, je ne sais pas si c'est prévu sur ce genre de site...

    Bravo! bises

    2
    nabelle Profil de nabelle
    Jeudi 16 Mai 2013 à 09:16

    Bonjour Yopi et merci pour votre réaction. En effet, il manque la réaction en privé. Vous trouverez à partir d'aujourd'hui, mon adresse mail sur la page d'accueil où vous pourrez réagir en apparté.

    Merci encore.

    Anabellelm

    3
    Lundi 9 Septembre 2013 à 19:27

    Autre beau texte, autre thème, les oiseaux, qui m'est cher.

    4
    Mardi 31 Décembre 2013 à 19:26

    Magnifique !

    J'aime beaucoup ce que vous écrivez, je reviendrai visiter plus amplement votre espace.

    Bonne nuit de la St Sylvestre.

    Poetica

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    5
    Baruck
    Lundi 9 Novembre 2015 à 14:22

    Sous mes draps de satin naissait le vague espoir

    Qu’il chanta pour moi-même et non pour la perdrix...

    6
    Mercredi 21 Mars 2018 à 17:50

    J'aime beaucoup ce poème, aussi expressif que très bien rythmé.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :