• Le jour brillera

    toi,

     

    Pas légers déposés

    Sur des feuilles fanées.

    Crissement, bruissement sur une terre en friche

    Meurtrie, frappée cent fois par les coups qu'on se fiche,

    Les mots pour éloigner l'angoisse qui nous ronge.

    Mais voilà qu'elle dévore notre cœur à son tour,

    Et le ciel qui s'éloigne, se décolore encore

    Alors que voudrait naître une aube au bout du jour.

    S'enfuir et s'effondrer lorsqu'une étoil' s'endort,

    N'exister que par ombre sur la nuit qui s'allonge.

    Etendre un peu les doigts,

    Accrocher l'aune encore...

    Retiens-moi et attends,

    Si je n'ai fais qu'un pas,

    Crois en moi, juste encore.

     

    Et le jour brillera...

     

    Anabelle Laye Martinez

    <script>// <![CDATA[ !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?'http':'https';if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+'://platform.twitter.com/widgets.js';fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, 'script', 'twitter-wjs'); // ]]></script>
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :