• Les p'tits paniers

    Les p’tits paniers

     

     

    Au marché ce matin, à vos bras colorés, j’ai vu pendre légers, quelques paniers fleuris, tout aussi colorés. Malgré le froid d’hiver sous un ciel couvert, le sourire était là, comme suspendu à nos bras.

    Le parfum des fromages venus de nos montagnes, celui d’une volaille grésillant lentement, quelques fruits et légumes aux teintes de saison, moi j’y vois l’essentiel placé sous le regard hautain mais bienveillant, de l’église communale.

    L’essentiel ou, devrais-je dire l’essence ciel, était là, balançant sous nos yeux aveuglés par instant …

    Au bras de cette dame, un panier neuf et rouge, renfermait quelques œufs. Un frêle sourire éclaire son visage rayonnant et ridé face à la jeune femme qui lui rend la monnaie.

    Dans l’envers du décor, cette femme abattue traîne sa solitude depuis l’été dernier. Son mari s’est éteint et repose non loin, à l’autre bout du bourg. Toute une éternité les sépare déjà. Combien de fois pourtant a-t-elle versé de larmes sur son grand lit bien fait ? Tous les 5 du mois, elle lui fait son repas, celui qu’il aimait tant … Le « 5 », voyez vous, c’était le jour de paye, alors quand même, on peut bien fêter ça ! Mais nul ne vient partager ce temps du souvenir, et ce matin pourtant, son marché est fidèle : poulet rôti aux herbes et ses oignons confits sur lit de haricots, et deux pommes dorées au four pour le dessert. En ce 5 février, elle entretien l’amour.

     

    Face à elle un viel homme se cramponne au panier écorché, tout usé d’avoir tant transporté. Son outre à lui est pleine des vapeurs de souffrances. Ca fait longtemps déjà que ses pâles racines ont été ravagées par la colère ardente d’un frère trop belliqueux. Il est seul et pourtant, il aime à nous revoir, nous les gens du village. Il ne vous dira rien de ce qui fait souffrir, mais il nous dit « bonjour », car c’est bien là son souhait. Il appelle sans fin ce jour pour qu’il soit bon, mais la fin tarde un peu et l’abîme s’étend alors que se dessèche tout espoir de revoir celui qui fait son sang.

    L’homme est vieux, il est sec mais à son bras s’agite, un panier défraîchi, fidèle souvenir de ces jours entassés comme autant de lingots qu’on enferme avec soin en attendant qu’un jour, le cours de l’or enfin explose …

     

    Des paniers en tous genre ; certains bien prétentieux par leur taille grotesque, que l’on garni tout  juste d’une ou deux poires au mieux. D’autres simples et utiles, précieux alliés du temps qui ne change jamais. Chacun berce avec lui l’espoir d’un jour meilleur. Chaque visage ici porte des traces épaisses du soleil qui brunit la peau durant l’été, et du vent fou souvent qui s’infiltre partout. Toi là bas, comme moi, tu amènes au marché, ton brin d’humanité qui, s’ajoutant au mien et celui de chacun, forme un bouquet unique aux parfums si subtils.

     

    L’essentiel était là, ce matin sous l’église. Quelques gens, des sourires, des histoires bien cachées, des souvenirs connus et partagés comme ça, en attendant son tour pour acheter son pain. Chacun connaît le nom de celui qui s’en va, rentrant chez lui tout seul, maintenant son panier pressé contre son cœur ; son panier coloré.

     

     

     

    Anabelle Laye Martinez

    1er février 2013

    « Comme toi & moi »

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    mamylucy
    Lundi 24 Juin 2013 à 19:06

    OUAHOU !!!!!!!!!!!!!

    charmant, bien vu, tristounet mai vrai, vivant, un coin de vie rural, un bout du temps  si bien décrit qu'on le voit sous ses yeux comme sortit d'un tableau peint par l'artiste, tu sais, celui qui est du village et qui,  toute sa vie, a peint cette vie, installé sur la place du marché  !

    cette vie là semble reposante et toute remplie de solitude, quoi que....................;

    2
    nabelle Profil de nabelle
    Lundi 24 Juin 2013 à 22:28

    c'est vrai qu'il y a un côté triste à apercevoir la solitude des autes, sans la voir vraiment. Mais reste la liberté de chacun à vouloir la montrer ou non en faisant son marché. Parfois, le sourire d'un voisin remplace tous les rayons de soleil...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :