• Pourtant la Pâques

    Pourtant la Pâques

     

    J'ai trébuché à terre !

    Un fracas de douleur,

    Un cri suivi de pleurs

    Mêlés à la poussière.

     

    Pourtant, la Pâques...

     

    Le coup porté me tue !

    Mon sang vient abreuver

    Des silences effrayés,

    La terreur mise à nue.

     

    Pourtant, la Pâques...

     

    Atterrée je m'éteins,

    J'abandonne ce monde.

    Je retourne aux décombres

    Des jours sans lendemains.

     

    - pause -

     

    Un appel retentit

    Jusque dans les ténèbres.

    Et se brise la glèbe

    Dans ma prison d'oubli !

     

    Jaillissant, la lumière

    Renverse chaque mort

    Révélant le trésor

    Roulé dans la misère.

     

    Libéré de ces liens,

    Mon coeur respire enfin

    De ce souffle divin.

    S'ouvre à moi un chemin

     

    Parce-que la Pâques...

     

    Anabelle Laye MArtinez

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    salsa jo
    Vendredi 18 Avril 2014 à 21:46
    Superbe! un magnifique don, l'écriture, merci a dieu pour les messages qu'il fait passer. A travers. Toi, je t'embrasse
    Sandra
    2
    Vendredi 18 Avril 2014 à 22:43

    merci salsa jo ;-)

     

    3
    Lundi 24 Novembre 2014 à 19:50

    Bonsoir Nabelle! Bravo pour ce texte bien inscrit dans la réalité d'aujourd'hui avec ses mots percutants et son phrasé clair et épuré! Bise de bise! Je pense à toi! A+! glasses

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :