• Etre en vie, être au bout,

    Bout de souffle et de course;

    Et ne jamais faiblir si la mort à mes trousses

    Fait le vœu d'enlacer mes rêves les plus doux.

     

    Etre là, être encore

    Sur mon cœur et debout

    Lorsqu'au lever du jour, sous les étoiles et sous

    Les songes inavoués, mon cœur vibre plus fort.

     

     

    Anabelle laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ils ont couru si fort

    qu'ils ont perdu la route

    De la vie, du bonheur.

     

    Pourtant ils l'ont gueulé,

    Ils l'ont gravé au feu :

    "Il nous faut vivre heureux !"

     

    Ils ont cramé des vies

    Et frappé des visages,

    Craché sur tous les sages,

    Bannis les poussiéreux;

    Marché vers l'infini

    Sur des pas sans issue,

    Dessiné des projets

    Sur des feuilles froissées;

    Ils ont gueulé si fort

    Qu'ils n'ont pas entendu

    Le souffle du Vivant

    Qui leur ouvrait les cieux !

     

     

    Assise un peu au bord

    De tous mes lendemains,

    En attente de tout,

    Tout à faire, l'air de rien;

    Je n'ai que cette plume

    Insignifiante et nue

    Pour crier à mon tour

    La force de mon coeur,

    L'espérance et la foi...

     

    L'amour n'a pas de fin.

     

    Anabelle Laye martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • pour toi

    L'air de rien, sans un mot

    Mots cousus sur le coeur

    Endeuillé de ses pleurs,

    Larmes silences et maux.

     

    J'ai des bleus sous les doigts,

    Echardes par endroits,

    Feuille blanche écornée,

    Froissée de ses regrets.

     

    Coupure,

    Déchirure,

    Point de rupture,

    Points de suture.

     

    Des compresses

    Et des peurs;

    Pour apaiser tristesse

    Et des heures...

     

    Solitaire,

    Sagement, avancer

    Vers demain.

    A travers

    Tous les vents, regarder

    Vers tes mains.

     

    Je t'aime

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • toi,

     

    Pas légers déposés

    Sur des feuilles fanées.

    Crissement, bruissement sur une terre en friche

    Meurtrie, frappée cent fois par les coups qu'on se fiche,

    Les mots pour éloigner l'angoisse qui nous ronge.

    Mais voilà qu'elle dévore notre cœur à son tour,

    Et le ciel qui s'éloigne, se décolore encore

    Alors que voudrait naître une aube au bout du jour.

    S'enfuir et s'effondrer lorsqu'une étoil' s'endort,

    N'exister que par ombre sur la nuit qui s'allonge.

    Etendre un peu les doigts,

    Accrocher l'aune encore...

    Retiens-moi et attends,

    Si je n'ai fais qu'un pas,

    Crois en moi, juste encore.

     

    Et le jour brillera...

     

    Anabelle Laye Martinez

    <script>// <![CDATA[ !function(d,s,id){var js,fjs=d.getElementsByTagName(s)[0],p=/^http:/.test(d.location)?'http':'https';if(!d.getElementById(id)){js=d.createElement(s);js.id=id;js.src=p+'://platform.twitter.com/widgets.js';fjs.parentNode.insertBefore(js,fjs);}}(document, 'script', 'twitter-wjs'); // ]]></script>
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Journée soleil sur fond de pluie;

    Journée d'éclat sur des silences,

    Des secrets lourds, des infinis;

    Journée sans limite. Espérance...

     

    Trait d'union rompu, déchiré;

    Des pas posés sur mon sentier.

    Le jour s'éteint sur les douleurs,

    Un lendemain né sur le coeur...

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire