• Jusqu'au bout je veux voir

    Le reflet du soleil et de l'eau sur ce tronc.

    Face aux cris, à la peur qui se jouent de nos fronts;

    Guérillas, terrorisme, j'en passe et des meilleurs;

    Et le meilleur c'est quoi ? !

    C'est ton regard sur moi, c'est l'enfant qui sourit,

    C'est le ciel qui s'étire,

    Et c'est mon coeur qui s'ouvre sur tes yeux qui se ferment.

    Que jusqu'au bout, je vois...

     

    Anabelle Laye Matinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    6 commentaires
  • Loin des yeux, loin du coeur; j'ai essayé cent fois.

    Repeindre le tableau et recouvrir la toile,

    Déchirer les aurores, décrocher les étoiles;

    Loin des yeux, et la peur de me perdre parfois.

     

    Et rattraper encore ta main qui se sépare

    De mes doigts écorchés. N'écouter que mon coeur

    Puis, m'arrêter, toujours. Fermer les yeux, terreur,

    Y seras-tu encore ? Et serait-il trop tard ?

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Je tomberai encore;

    Des larmes et des sanglots.

    Parfois encor', la mort;

    Des cris à bout de mots.

     

    Et j'aurai peur à en crever !

    Je saignerai, je me tairai;

    Et je croirai mourir cent fois,

    me croyant seule, trop loin de moi.

     

    Ces temps viendront, je les connais;

    J'ai traversé tous ces sentiers;

    D'autres m'attendent; je le savais...

     

    Mais que rien ne l'efface la foi que j'ai de Toi.

    Que jamais je n'oublie que tout peut s'en aller :

    Je resterai debout, je resterai en vie

    Car mon souffle est en Toi, jusque dans l'infini.

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • A écouter, à savourer, à méditer :

     

    https://www.youtube.com/watch?v=uT1xFYYTobA

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Et peu à peu la brume,

    Peu à peu la douceur

    D'une nuit sans étoile.

     

    Peu à peu l'étendue

    D'un esprit et d'un coeur

    Qui soulèvent le voile

     

    Et révèlent alors la beauté du mystère

    Que l'on perçoit longtemps mais sans l'apercevoir.

    Et se fait enfin jour le fruit de ces prières

    Que l'on a vu mourir. Vient à naître l'espoir...

     

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    5 commentaires