• Rien qu’un mot

     

    Rien qu’un mot retenu

    Sur des lèvres serrées ;

    Mon cœur déchiré, nu

    Se retrouve blessé.

     

    Un regard que l’on tait,

    Un geste qu’on réprime

    Sur une âme assoiffée,

    Et tout l’amour s’abîme.

     

    Déchirer mes paupières, agrandir mon regard ;

    Apercevoir de toi ce que ta main retient.

    Recevoir tes silences, égrainer les instants

    Que tu ne m’offres pas. Espérer que demain

    Tracera le chemin jusqu’à toi quelque-part.

    Rien qu’un mot partagé ; rien n’est plus comme avant.

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Rouge

    merci

    Rouge éteint sur lèvres endormies
    D'avoir tant attendues, un mot,
    Simple murmure. Chuchotement
    Discret, baiser inavoué,
     
    J'ai rêvé des secrets colorés,
    Censurés. Rouge encore le vent
    Sur un matin frileux. Espérance plus haut
    J'irai jusqu'au levant pour décrocher la vie.

     

    Anabelle Laye Martinez

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un passage

     

    Au-revoir en chemin

    Et l’envie que demain

    Soit encore à tes pas.

     

    Faire ce pas et puis deux

    Sur l’aune des adieux

    Mais retenir tes bras.

     

    J’ai mal à te quitter, accepter que dès l’aube

    Ton image un peu floue à mes yeux se dérobe

    Alors que ton odeur disparait peu à peu

    Dans les plis de mon cœur, l’espace d’un nous deux.

     

    Pourtant mes pas me portent à l’infini du jour.

    Tout en moi ressuscite et s’élève à son tour

    La joie qui s’éteignait sous les coups et les cendres.

    L’oubli n’est qu’un passage ; la vie peut se répandre.

     

    Anabelle Laye Martinez

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La croisée des chemins

     

    Bien des temps vont se jouer à la croisée des chemins.

    Sur le fil du rasoir, sur la griffe du destin,

    Un matin jour après jour, carrefour de la vie,

    Appendice des sentiers à la croisée de l’envie ;

    Il en sera de demain ce que mon cœur en secret

    Trace alors mêm’ que l’on dort sans réponse et sans répit.

    L’aune encore ensommeillée flirtera sans se douter

    Sur les lèvres ajourées d’un soleil à peine éclos.

    Et l’on verra se lever, fruit d’amour et de passion,

    De douleurs et de prières, un enfant, une raison

    Que l’on ignorait encore au sommeil sans repos.

    Bien des temps vont se jouer à la croisée des chemins.

    Quelques craintes, le vertige et se lève le destin…

     

    Anabelle Laye Martinez

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  Raisin amer

     

    La nuit s’étire encore sans jamais s’alléger.

    Les dents serrées, féroces, des vents durs, mortels

    S’accrochent à mes pieds ; je chute sans arrêt.

    Je ne distingue plus ni la terre ni le ciel 

    Et la boue qui recouvre mon âme en lambeaux…

    On a ferré ma bouche à des sangles d’amour

    D’où coulent la passion, raisin amer ; étau

    Sur ma voix qui s’éteint sans soutien ni secours.

    Des lianes de douleur ont refermé mes yeux

    Et crevé mes paupières. L’envers du décor

    Est un champ labouré, exposé aux adieux

    D’un été trop aride, des chasses sans trésor.

     

     il y a des jours comme ça..

     

     

    Anabelle Laye Martinez

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    4 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique